Pourquoi les hommes évitent les discussions émotives

Quand Christine et moi nous prenons aux cheveux, il y a à l’intérieur de moi un brassage d’émotions très fort — et pas du tout agréable. Ce brassage m’entraîne la plupart du temps dans une confusion: je n’arrive plus à penser clairement. J’oublie de grands bouts de ce qui s’est passé; j’en garde la saveur amère plutôt que l’exactitude des mots prononcés. Ce qui fait que je me retrouve toujours en position de faiblesse quand vient le temps de faire le bilan de ce qui s’est passé.

Je remarque que Christine a un souvenir exact de ce qui s’est dit et de ce qui est arrivé. Mark Gungor a très bien décrit ce mécanisme dans le sketch « le cerveau de l’homme vs le cerveau de la femme ». Je me sens toujours humilié de voir à quel point je ne peux discuter clairement de ce qui est arrivé. Je dois donc me fier aux souvenirs de Christine pour me relater les faits.

Accepter cet état de faiblesse n’est pas quelque chose de facile pour moi, même si je peux me fier que Christine n’utilisera pas sa connaissance des faits pour leur donner une orientation qui la « favorise » indirectement. Oui, j’ai une femme qui ne cherche pas à me dominer. Il y a comme ça des gars chanceux.

Donc nos bilans m’obligent à me replonger dans l’incertitude de mes souvenirs. Potentiellement de me faire reprocher d’avoir pris des résolutions dans le passé que je n’ai pas tenues, peut-être parce que je les ai oubliées dans le feu de l’action.

Il y a aussi la crainte, en filigrane, de me faire reprocher encore et toujours les mêmes choses; c’est un réflexe bien présent chez les hommes. En d’autres mots, que ma conjointe utilise sa mémoire supérieure pour ramener amèrement sur le tapis les vieilles promesses rompues. Je déteste ça. S’il y a un domaine dans ma vie où je ne suis pas congruent, c’est dans tout ce qui touche le domaine des émotions. J’ai beau avoir suivi cours sur cours, quand les émotions négatives occupent le plancher, mon cerveau devient un gros légume trop cuit.

Mon premier réflexe est de ne pas aller là — éviter la discussion à tout prix. Faire comme si de rien n’était. S’il y a insistance de la partie adverse, c’est de dire quelque chose comme « Est-ce bien nécessaire de ramener le passé? Ça va bien maintenant non? Alors, pourquoi insister? »

Deux choses peuvent alors se passer: Christine baisse les bras et je gagne, ou bien elle insiste pour compléter le passé. J’ai compris depuis longtemps que lorsque j’ai l’impression d’avoir gagné, je perds toujours, parce que tout ce que j’ai réussi à faire est de mettre un éléphant sous le tapis. Ça m’a pris du temps à comprendre ça. Les rancœurs qui s’accumulent, eh bien elles s’accumulent justement. Et quand l’abcès crève, ça fait un méchant dégât. C’est pourquoi maintenant je ne me dérobe plus quand vient le temps de compléter ce qui s’est passé. Car même inconfortable, le processus a le mérite de ne rien laisser à la dérive et crée, lorsque bien fait, un incroyable rapprochement amoureux.

En résumé, si vous voulez que votre conjoint devienne vulnérable au lieu de s’enfermer dans sa caverne, il faut éviter de reprocher sinon son réflexe sera de se fermer comme une huître. Créez ensemble un espace de discussion sécuritaire où vous vous parlerez au « je », sans reproche, où vous parlerez de ce qui n’a pas fonctionné, sans donner tort.

2 réflexions sur “Pourquoi les hommes évitent les discussions émotives”

  1. Merci de votre commentaire France. Par expérience je remarque à quel point le fait de perdre les pédales peut être tellement rapide… Il n’y a pas de révélation miracle ici: tout est question d’entraînement, ce que j’appelle attraper ses balles de neige avant qu’elles deviennent des avalanches. La durée de cet entraînement dépend de votre degré de conscience du mal que peut causer votre impatience. Donc, quand la moutarde vous monte au nez: RESPIREZ. Discutez seulement quand les émotions sont redevenues sous contrôle.

  2. Merci, j’apprécie vraiment votre témoignage et le conseil du dernier paragraphe. Il me convainc que c’est la façon de faire, mais j’ai du mal à m’y soumettre, trop souvent je suis impatiente et me précipite à réagir….ce qui entraîne la réaction de l’huître qui se referme. Merci encore
    France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles les plus récents

Je cherche une relation qui comblera mes besoins

Notre constat des conférences est que les gens aiment bien nous écouter, mais peu sont prêts à passer à l’action. La lecture d’un article de magazine a peut-être apporté un élément de réponse. Sur six personnes interrogées dans l’article, une seule mentionne

Lire la suite »

Les porcs-épics célibataires

Sais-tu comment deux porcs-épics s’accouplent? — Pré_cau_tion_neu_se_ment — Si tu es célibataire, es-tu un porc-épic? Full armure, pour ne pas te faire mal? ET espérer rencontrer quelqu’un qui marche dans la vie avec sa garde baissée? Et qui va se révéler à

Lire la suite »

Tous les gars intéressants sont déjà pris

Combien de fois ai-je entendu ces mots! Vous savez quoi? De guerre lasse, j’admets enfin que vous avez raison mesdames. Tous les gars intéressants sont déjà en relation, ou ne veulent pas l’être, ou sont homosexuels. Voilà, je l’ai dit. Pendant des

Lire la suite »
Retour en haut