Les états 1%

La plupart du temps vous et moi fonctionnons normalement et de façon plus ou moins répétitive. Nous évoluons dans la vie selon nos besoins et nos programmations: nous travaillons, mangeons, aimons, avons du plaisir, etc.

Et il y a les circonstances extérieures qui viennent nous contrarier:

  • On vient de vous donner une généreuse contravention parce que vous n’avez pas vu l’arrêt, la zone scolaire, etc.
  • C’est le temps de payer vos taxes et le compte a augmenté sans rapport avec l’accroissement du coût de la vie.
  • La compagnie qui vous emploie veut couper 10% de la main d’œuvre pour relever le dividende payé aux actionnaires et le cours de l’action en bourse.
  • Vous êtes en file d’attente sur l’autoroute bien après qu’un panneau indique qu’on passe de deux voies à une, quand un fin-fin arrive sur votre gauche avec l’intention manifeste de couper et passer devant vous.
  • Vous êtes bien tranquille en train de jaser en bonne compagnie sur votre balcon quand un troupeau d’ados attardés sur des Harley-Davidson sans silencieux passe devant vous et vous avez l’impression que la fin du monde est arrivée.

Dans le couple, les contrariétés pourraient ressembler à ceci:

  • Bien qu’il ait été convenu entre vous que, devant les enfants, vous avez un dialogue aligné et unique, une des deux personnes permet des passe droit. Quand vous décidez d’aborder le sujet, vous vous faites retourner comme un gant pour la nième fois avec le seul événement où vous avez vous-même dérogé à la règle: votre passé non pardonné revient une fois de plus comme une claque au visage.
  • Vous n’en pouvez plus. Il vient encore une fois d’étaler devant les invités qu’il n’est pas satisfait de la fréquence de nos relations sexuelles. Cette fois, tu vas en avoir pour ton argent crois-moi.
  • Malgré que vous ayez convenu autrement, à chaque fois qu’elle sort avec ses amies (que je ne peux pas blairer tellement elles sont… — qu’est-ce qu’elle leur trouve?), elle ferme son cellulaire. Ni textos ni messages ne l’atteignent. Je me sens abandonné, comme si je ne comptais pas pour elle, je reste à poireauter en l’attendant, ne sachant quoi faire ou sur quel pied danser. On en a encore parlé la semaine dernière et elle était d’accord pour changer.  Cette fois, c’en est trop: je lui donne son 4%.
  • Ses silences glacés me tuent. Encore une fois, je ne sais pas pourquoi il boude, je vais probablement le découvrir dans trois jours comme d’habitude. Pendant ce temps-là, je marche sur des œufs, comme d’habitude. Cette fois, ça ne se passera pas comme d’habitude. Je vais lui balancer par la tête tout ce que je pense de son attitude de merde.

Bref, vous êtes hors de vous. Les yeux vous sortent de la tête. C’est arrivé une fois de trop, ou sans crier gare. C’est tellement injuste! Je ne peux pas laisser passer ça. Je ne peux plus endurer ça. C’est trop. Je n’en peux plus.

Et là, vous pétez les plombs. Vous cassez la vaisselle, vous criez, vous pleurez, et vous rompez. Votre conjoint(e) est devenu(e) votre ennemi(e). Cette personne qu’habituellement vous aimez et qui vous aime, eh bien c’est fini. Vous vous êtes trompé(e) sur son compte. Vous ne comprenez plus rien, vous êtes emporté(e) dans un tsunami d’émotions qui balaie tout ce que vous avez construit ensemble. Qui jette tout à la poubelle: votre conjoint(e) est un démon! Tout votre être crie à l’intérieur que VOUS AVEZ RAISON ET QU’IL EN VA DE VOTRE SURVIE.

Dans les procès pour meurtre, on entend souvent des mots comme folie passagère pour décrire ces états. Je les appelle « les états 1% » car il arrive dans la vie, peu souvent j’espère, des moments qui nous font perdre nos points de repère, où on tombe en mode survie, en colère profonde.

Ces moments ne sont pas représentatifs de qui on est, 99% du temps, quand nos rapports avec la vie et les autres sont normaux. Pourquoi alors laisse-t-on ces boules de neige devenir des avalanches?

Ma suggestion: ne jamais, jamais, JAMAIS prendre de décisions irréversibles dans ces moments-là. Engagez-vous tous deux à attendre d’être cool, réfléchi pour voir les choses avec recul. S’il y a décisions à prendre, les prendre quand la tempête est passée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles les plus récents

Je cherche une relation qui comblera mes besoins

Notre constat des conférences est que les gens aiment bien nous écouter, mais peu sont prêts à passer à l’action. La lecture d’un article de magazine a peut-être apporté un élément de réponse. Sur six personnes interrogées dans l’article, une seule mentionne

Lire la suite »

Les porcs-épics célibataires

Sais-tu comment deux porcs-épics s’accouplent? — Pré_cau_tion_neu_se_ment — Si tu es célibataire, es-tu un porc-épic? Full armure, pour ne pas te faire mal? ET espérer rencontrer quelqu’un qui marche dans la vie avec sa garde baissée? Et qui va se révéler à

Lire la suite »

Tous les gars intéressants sont déjà pris

Combien de fois ai-je entendu ces mots! Vous savez quoi? De guerre lasse, j’admets enfin que vous avez raison mesdames. Tous les gars intéressants sont déjà en relation, ou ne veulent pas l’être, ou sont homosexuels. Voilà, je l’ai dit. Pendant des

Lire la suite »
Retour en haut