Je cherche une relation qui comblera mes besoins

Le constat de nos conférences est que les gens aiment bien nous écouter, mais peu sont prêts à passer à l’action. La lecture d’un article de magazine a peut-être apporté un élément de réponse en mentionnant que la plupart des célibataires cherchent une relation qui comblera leurs besoins. Peu cherchent une relation qui les fera grandir, évoluer. Illustrons le propos par deux interventions de participantes lors d’une conférence.

Sarah, la soixantaine, affirme prudemment qu’elle n’est aucunement tentée par une relation où elle vivrait de nouveau avec un homme, et dans le même souffle d’ajouter que tous les hommes qu’elle rencontre veulent s’engager le plus vite possible — et moi qui croyais que peu d’hommes désirent s’engager. Il me vient tout de suite à l’esprit quelque chose que je n’ai pas dit (c’est une opinion): passé un certain âge, les hommes cherchent une infirmière, une cuisinière et une femme avec laquelle ils pourront gratuitement avoir des rapports sexuels de temps en temps. Ouf, que c’est cynique comme pensée. Qu’est-ce qu’il y a de vrai dans ça?


Dans son propos, Sarah intime que ce désir des hommes qu’elle rencontre de s’engager rapidement dans une vie commune signifie, lorsque mis sur la table, la fin de la discussion. Ça s’arrête là. Aucune tentative de vendre sa salade, du genre « Écoute, tu sembles un homme intéressant, mais avant de penser à vivre ensemble, ne pourrait-on pas penser à se connaître tranquillement avant de s’engager? »

Un peu plus loin dans la conférence je parle des assouplissements qu’il faut parfois faire dans une relation et j’illustre mon propos en disant que j’ai une certaine difficulté avec la ponctualité. Je déteste être en retard et Christine, malgré ses efforts, a de la difficulté à être à l’heure. Mathilde intervient tout de go et affirme qu’elle n’est simplement pas capable de vivre avec quelqu’un qui n’est pas ponctuel point final et me demande comment je fais pour composer avec ça.


Dans les deux cas, je remarque que ces personnes recherchent forcément quelqu’un qui répond à leurs besoins et qu’elles ne sont pas intéressées à être dans une relation qui leur apparaît comme un défi. En quelque sorte, elles veulent pouvoir aller au supermarché, choisir leur homme tout prêt tout ficelé, avec les légumes dans la rôtissoire en aluminium, une pomme dans la bouche, une touffe de persil dans les oreilles et dans le cul, de sorte qu’elles n’ont qu’à mettre au four puis déguster lorsque bien cuit. Il n’y a pas de discussion, pas d’argumentation, rien: si tu ne réponds pas à tous mes critères, je ne chercherai même pas à t’enrôler dans ma vision du compagnon idéal. 

En passant, les hommes sont aussi comme ça. On dirait que, rendus à un certain âge, ils ne veulent plus faire d’efforts.


Mon objection concernant la satisfaction des besoins est que personne sur terre peut les combler tous: on se condamne à une perpétuelle insatisfaction si c’est notre seule lunette d’approche concernant les relations de couple.

Je comprends que le peu d’enthousiasme à l’idée d’entrer en relation provient possiblement du fait que Christine et moi apparaissions comme un couple intéressant, mais qui demande des ajustements de temps à autre. Donc on ne leur apparaît pas comme le bon modèle de qui s’inspirer. D’autres idées?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles les plus récents

Les porcs-épics célibataires

Sais-tu comment deux porcs-épics s’accouplent? — Pré_cau_tion_neu_se_ment — Si tu es célibataire, es-tu un porc-épic? Full armure, pour ne pas te faire mal? ET espérer rencontrer quelqu’un qui marche dans la vie avec sa garde baissée? Et qui va se révéler à

Lire la suite »

Tous les gars intéressants sont déjà pris

Combien de fois ai-je entendu ces mots! Vous savez quoi? De guerre lasse, j’admets enfin que vous avez raison mesdames. Tous les gars intéressants sont déjà en relation, ou ne veulent pas l’être, ou sont homosexuels. Voilà, je l’ai dit. Pendant des

Lire la suite »
Retour en haut