L’engagement

L’engagement est fondé sur la notion d’intégrité qui, dans sa forme la plus élémentaire, consiste à honorer la parole donnée. Donc s’engager, c’est donner sa parole. Qu’est-ce que l’engagement de couple évoque pour vous? Je pense que pour la plupart des gens il y a ce genre d’obstacles:

  • Vos relations de couple précédentes n’ont pas fonctionné comme vous auriez aimé et vous voyez l’engagement comme quelque chose d’inadapté à la réalité des choses: pour vous, les relations de couple ne fonctionnent tout simplement pas.
  • Vous voyez l’engagement comme une prison, comme un contrat dont il est difficile de se défaire.
  • Vous préférez “essayer” d’être en couple pour voir si ça va marcher.
  • Vous n’avez jamais eu le temps de vous engager que c’était déjà fini. C’est quoi l’engagement déjà?

Une relation engagée n’est pas une prison — Christine

Souvent j’entends des gens dire: “On va faire un bout ensemble et on verra.” À part l’engagement à l’exclusivité (peut-être), il n’y a pas d’autres engagements dans cette affirmation. Cela laisse la porte ouverte à ce que ça ne fonctionne pas.

Les gens se disent intérieurement ou ouvertement: “On va essayer ensemble, voir si ça va marcher.” Avez-vous déjà essayé de vous asseoir alors que vous êtes debout? Vous aurez beau essayer, jamais vous vous assoirez. Vous ne serez jamais assis tant que vous ne vous assoyez pas.

C’est la même chose en relation. Vous ne pouvez pas être vraiment en relation si vous n’êtes pas engagé à 100% dans la relation. (Voir chapitre Engagement à 100% versus 50-50)

Être engagé à 100% ne veut pas dire que vous ne pouvez pas remettre en question cet engagement. Il est même sain de remettre en question la relation. Remarquez que je n’ai pas dit “remettre en question votre partenaire”.

La plupart du temps, les gens remettent en question le partenaire. C’est la meilleure façon de tourner en rond. À moins que cette personne n’agisse d’une façon violente et/ou dégradante, c’est en restant dans la relation qu’on peut dépasser nos limites. C’est la façon d’être en relation qui est à remettre en question. Souvent deux êtres absolument intelligents et charmants arrivent à peine à se tolérer après un certain temps. Jusqu’à maintenant, dans notre société, c’est décodé comme deux êtres qui ne vont pas bien ensemble.

Et si c’étaient vos comportements immatures (des deux côtés), vos mauvaises habitudes, vos attitudes débilitantes qui rendaient la relation toxique?

Êtes-vous capable de vous regarder honnêtement? Aimeriez-vous transformer ce qui pourrait être transformé? D’après moi, la meilleure raison d’être en couple est de grandir ensemble. Les blocages auxquels nous sommes confrontés en couple refont surface inévitablement. Ils signalent leur présence pour être transformés, pour vous libérer. C’est la raison d’être du couple. Seul(e), vous n’arriverez jamais à toucher à ces endroits sombres qui font remonter les douleurs du passé. Au contraire, vous les éviterez systématiquement.

Être engagé à faire fonctionner la relation, peu importe que vous soyez dans cette relation depuis quelques mois ou quelques années, c’est la meilleure façon de voir la limite de vos comportements, de vos schémas de pensée, de votre personnalité. C’est en dépassant ces limites que vous connaîtrez un nouveau bien-être, un nouveau nirvana.

À chaque fois qu’on passe à travers des écueils, une querelle et même un malentendu, la relation prend un nouveau souffle. C’est comme cela que la magie de l’amour se renouvelle et que le sentiment amoureux redevient présent entre deux êtres qui se sont éloignés momentanément. C’est ça le véritable amour. Bien plus grand que l’amour de la personnalité et des qualités de l’autre et tout ce qu’il peut nous apporter comme bien-être, c’est en laissant aller de vouloir avoir raison, de vouloir dominer l’autre, de vouloir sauver la face, de vouloir cacher nos faiblesses et en accueillant notre humanité et celle de l’autre que nous arrivons à vivre ce qu’est le vrai amour, celui avec un grand “A”.

C’est bien beau tout ça, mais ça prend des outils et de la pratique pour en arriver là! Ça n’est pas notre programme par défaut, nous les êtres humains. Notre programme par défaut—le mot “programme” le dit—c’est une façon automatique d’être qui est la somme de notre éducation, de nos comportements sociaux, de nos expériences passées. C’est cette programmation qui est toujours à l’avant-plan dans toutes relations.

René et moi mettons à la disposition des gens des outils pour accueillir cette humanité qui fait partie de nous qu’on le veuille ou non. C’est la partie la plus difficile. Et puis, d’avoir des outils pour se parler, se comprendre, élever notre communication à des niveaux plus conscients et plus efficients.

L’engagement au début d’une rencontre — Christine

Quand vous êtes au stade de faire des nouvelles rencontres, vous “magasinez”. Il est bien normal de ne pas s’engager corps et âme dès les premiers instants où vous rencontrez quelqu’un qui vous plaît.

Certains ont un véritable coup de foudre et ils pensent que c’est un signe du destin. Combien de fois avez-vous eu ce coup de foudre et cela a fini en feu de paille? Malgré tout, quand ça nous arrive, on croit que c’est le ou la partenaire de nos rêves et on fonce tête baissée. Souvent, les gens dans cette situation croient que c’est un signe du destin et ils croient qu’il ne faut pas laisser passer cette chance. Et je cite une croyance: “Si je m’engage dès le début, cette personne n’ira pas voir ailleurs et meilleures seront nos chances de réussir cette relation.”
Balivernes! Rien n’est aussi incertain. Ça n’est pas le niveau d’attirance qui détermine le succès de la relation. Probablement que plusieurs d’entre vous l’ont déjà expérimenté.

Il est normal d’aller vers les personnes qui nous attirent, mais ça n’est pas une garantie pour la réussite de la relation. Ce qui va assurer le succès d’une relation, ce sont les bases que vous établirez ensemble.
Il y a plusieurs niveaux d’engagement dans un couple. Chaque niveau en son temps.
Au début d’une nouvelle rencontre, l’engagement le plus important n’est pas nécessairement d’être exclusif à cette personne. Habituellement, dans notre culture, on se limite à la poursuite d’un lièvre à la fois. Bon! Vous pouvez maintenir cette règle si cela vous simplifie la vie. Par contre, si le cœur vous en dit, il n’y a rien qui vous empêche de rencontrer d’autres personnes. Bien entendu, vous le direz ouvertement et les personnes rencontrées sauront à quoi s’attendre. Culturellement, la plupart des gens ne se donnent pas la permission de faire des rencontres tant qu’ils n’ont pas arrêté leur choix sur une personne.

L’engagement le plus important qu’il est bon de mentionner quand vous êtes au stade des rencontres, c’est de prendre l’engagement mutuel de rester en communication quoi qu’il arrive. Souvent, j’entends des histoires malheureuses de personnes qui ont eu un malentendu et qui n’ont jamais eu la chance de s’en reparler après. Soit parce que l’un d’eux a fermé toute communication; soit que, même en restant amis, ils n’ont pas osé revenir sur le sujet faute de moyens pour en parler calmement et avec bienveillance. (Voir le chapitre sur les déclenchements et la résolution de conflits.)

À quoi sert l’engagement? — René

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours su assez tôt dans une nouvelle relation si j’avais le goût de m’engager avec quelqu’un. Le hic, c’est que je n’ai jamais su comment faire fonctionner mes relations. Donc le désir était là, je dirais même qu’il devenait un critère de sélection. Je m’engageais avec pratiquement n’importe qui, jusqu’à ce que mes frères et soeurs me fassent remarquer chaque année, pendant le temps des Fêtes, que je leur avais aussi présenté la femme de ma vie… l’an dernier. Quelque chose clochait.

Ce que j’affirme aujourd’hui est que l’engagement est un phare vers lequel je me tourne quand je me perds dans mon égo, quand je perds de vue la raison d’être de ma relation. Quand j’ai perdu ma lumière. Quand j’ai besoin de prouver à l’autre que j’ai raison. Quand je suis obstiné, fermé, tranchant. Quand j’ai le goût de la quitter.

Christine et moi avons un engagement très simple l’un envers l’autre: faire fonctionner notre relation. C’est la loupe à travers laquelle j’observe mes comportements: suis-je en train de faire fonctionner ma relation? Si la réponse est non, je reviens à mon engagement.

Que veut dire « revenir à son engagement »? C’est renoncer à qui je suis présentement, le destructeur, celui qui veut avoir raison, celui qui boude, celui qui garde un silence glacial, celui qui tourne le dos, celui qui ne parle pas, qui ne regarde pas, qui n’aime pas… C’est de lâcher prise sur tout ça. C’est de redevenir celui qui a dit, à un moment donné, « je m’engage avec toi dans notre relation ».

Doit-on rester engagé à tout prix dans une relation? Est-ce que l’engagement nous lie pour la vie, même si la relation tourne au vinaigre?

Non.

L’engagement vit et prend de l’expansion dans un couple où tous deux sont engagés à la relation. Ça ne peut fonctionner tout seul. Rien n’est parfait et nous trahissons nos engagements parfois — je ne connais personne qui soit maître de son égo. Ce n’est pas le bris de contrat qui doit être le focus: c’est comment et à quelle vitesse nous sortons de nos difficultés. Se dire ce que nous avons vu, ce qui a manqué. Ce que nous essaierons d’éviter à l’avenir. Après quoi, s’engager à apporter ce qui a manqué.

5 réflexions sur “L’engagement”

  1. Ginette Gratton

    Oui, de par mon expérience, j’admets qu’on peut évoluer plus rapidement en couple. On n’a pas le choix!

  2. René Ricard

    RE: « Mais je ne suis pas sûre qu’il faut être en couple pour progresser »
    Le couple n’est pas le seul moyen de progresser. Deux constantes cependant: seul(e), il n’y a pas beaucoup de défi: on sait instinctivement comment composer avec soi-même et l’introspection n’est pas l’affaire de tout le monde, loin de là. Avoir quelqu’un dans sa vie amoureuse est (selon nous) le meilleur moyen de progresser car il y a peu de contextes qui vont amener deux personnes à frotter leurs égos à ce point et à piler sur le gros orteil de tous les aspects non réglés de notre passé. Ce passé qui nous façonne, nous modèle et qui nous porte à croire que notre façon d’être est immuable et justifiée de l’être.
    En d’autres mots, si mon attitude dit à l’autre: « je suis comme je suis et accepte-moi tel quel » et que l’autre dit la même chose, il n’y a pas de relation qui tienne plus loin qu’à la première contrariété. Et par expérience, même si l’amour est présent, les circonstances de la vie ont le don d’arriver plus souvent qu’on le souhaiterait quand on est en couple.

  3. Ginette Gratton

    Un texte très intéressant sur l’engagement! Mais je ne suis pas sûre qu’il faut être en couple pour progresser. On a besoin des autres, ça c’est certain, mais d’un amoureux, je ne sais pas. (Il y a des paragraphes qui apparaissent deux fois dans la partie de Christine.)

  4. Salut René
    Comment vas-tu ?.
    Une chose importante à souligner
    Si tu n’est pas engagé envers toi même
    Si le saura jamais envers une autre personne.
    Que ce soit amical ou en relation intime.
    Beaucoup de gens sont deresponsabiliser donc non engagé dans leurs vies….
    C’est un constat facile à voir avec la covid…..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles les plus récents

Je cherche une relation qui comblera mes besoins

Notre constat des conférences est que les gens aiment bien nous écouter, mais peu sont prêts à passer à l’action. La lecture d’un article de magazine a peut-être apporté un élément de réponse. Sur six personnes interrogées dans l’article, une seule mentionne

Lire la suite »

Les porcs-épics célibataires

Sais-tu comment deux porcs-épics s’accouplent? — Pré_cau_tion_neu_se_ment — Si tu es célibataire, es-tu un porc-épic? Full armure, pour ne pas te faire mal? ET espérer rencontrer quelqu’un qui marche dans la vie avec sa garde baissée? Et qui va se révéler à

Lire la suite »

Tous les gars intéressants sont déjà pris

Combien de fois ai-je entendu ces mots! Vous savez quoi? De guerre lasse, j’admets enfin que vous avez raison mesdames. Tous les gars intéressants sont déjà en relation, ou ne veulent pas l’être, ou sont homosexuels. Voilà, je l’ai dit. Pendant des

Lire la suite »
Retour en haut